SYDNEY

Nous ne resterons que quatre jours sur Sydney.

Au moment de préparer l'itinéraire, nous avons dû faire des choix, du coup on a écarté l'Australie au profit de la Nouvelle Zélande et des Etats-Unis. Mais c'était sans conter la providence; Zip World nous a offert l'ETA et la possibilité de profiter de Sydney sans frais suppémentaire.

En partant de Nouméa, nous devions transiter par Sydney pour rejoindre la Bolivie.

Bingo, quatre jours de bonus !

Côté Pratique

January 03, 2023

Pour ces quatre jours, nous louerons un studio, utiliserons Uber et louerons une voiture pour s'aventurer aux alentours de Sydney.

1° Soirée by night: The Rocks et l'Opéra

January 03, 2023

Opéra et The Rocks by night pour notre arrivée!

Botanic garden

February 23, 2023

Le lendemain, visite du Botanic Garden et de l'Opéra cette fois-ci en plein jour

L'Opéra et son histoire archtecturale

May 28, 2023

Focus sur l'Opéra, l'histoire de sa construction et son harmonie

Parc Morisset et ses Kangourous

May 28, 2023

Echappée belle pour rencontrer les Kangourous. Ce sera une superbe surprise!

Bondi Beach et sa piscine

May 28, 2023

On pataugera dès sept heure le matin dans la Bondi Icebergs Pool !

Blue mountain

May 28, 2023

seconde escapade au Blue Mountain et les fameuses Trois Soeurs

Please reload

Côté Pratique

Pour Sydney, nous avons loué un appartement avec AiRBnb. C'est un studio super sympa situé à Alexandria. C'est à 15mn de l'aéroport, on peut se garer facilement, 10kms de Bondi Beach t une heure à pied de l'Opéra; un arrêt de bus se trouve juste devant.

Après deux jours à arpenter la ville, nous choississons de louer une voiture pour les extérieurs. Comme nous sommes 4, le coût de la location revient moins cher que 4 billets transport en commun ou taxi. Surtout que le taxi aéroport/appartement à l'arrivée nous a bien vu venir. 55 AU$ contre 30 AU$  normalement !

Du coup, on utilisera UBER qui lui ne coûte que 23 AU$ maxi; tant pis pour les taxis mais au moins on sait où on va avant la course avec Uber.

 

Après Paris, première fois qu'on teste UBER à l'international!

Uber permet de se déplacer pour moins cher qu'un taxi. Il faut télécharger l'appli et ça fonctionne dans le monde entier. Il suffit d'avoir la wifi ou une carte sim avec connection internet et c'est parti. Si vous n'avez pas de carte SIM, trouvez un Mc Do ou une borne wifi !

Rien de plus simple, vous mettez la destination, vous choisissez le format du véhicule (normal , XL...), l'appli vous donne un tarif, vous validez et dans les minutes qui suivent le véhicule arrive; vous pouvez le reconnaître car Uber vous transmet photo et nom du conducteur ainsi que modèle et la plaque d'immatriculation du véhicule.

Uber à l'Aéroport SYDNEY : la prise en charge se fait au meeting point YELLOW, situé au  niveau des arrivées, terminal north, vous traversez pour rentrer dans le parking 7, vous suivez les flèches jaunes, une fois tout le parking traversé, vous débouchez à l'arrière sur le meeting point, et là vous repérez l'uber grâce à la plaque d'immatriculation donnée par l'appli qui fonctionne en wifi.

1° Soirée: by night the rocks et opera

 

Nous découvrons notre appartement vers 16 heures. Comme noous restons peu de temps sur Sydney, nous décidons d'aller découvrir la ville dès le premier soir.

Afin de mieux prendre nos marques, nous décidons d'arpenter la ville à pied. Bien nous en a pris, cela nous permet de croiser des joueurs de cricket, voir les bâtiments...et ce jusqu'au quartier The Rocks situé en face de l'Opéra. On va le découvrir de nuit et il est vraiment impressionnant.

Nous sommes ravis de cette escapade.

On rentrera en Uber, plus simple et moins coûteux que 4 déplacements en métro/bus.

Botanic garden

1/17

Ce matin direction l'Opéra de jour mais par le Botanic garden. Ce parcours nous a permis de découvrir de nouvelles rues et facettes de la ville.

Nous en avons également profité pour s'arrêter aux magasins de chaussures; le temple des filles.

Nous sommes à six mois de voyage et entre leur croissance et la vie dure qu'on mène à nos souliers il a fallu les changer. Rassurez-vous, elles étaient ravies ! Enfin quelques achats qui rappellent leur ancienne vie!

Sur le chemin qui mène au Botanic garden, nous verrons la Cathédrale Ste Marie et différents parc comme Hyde Parc.

 

Arrivés au Botanic garden, nous croiserons les kakatoes qui nichaient dans le premier arbre à l'entrée. Cent mètres plus loin, nous assisterons au bain des Loriianes (Loriquets en Nouvelle-Calédonie), le tout dans des allées parsemées de fleurs.

Nous mangerons ici, dans ce cadre de verdure en compagnie des Ibis et de multitudes oiseaux dont ceux aux yeux jaunes qui s'approchent facilement de nous.

Après le déjeuner, nous poursuivons la visite jusqu'à l'Opéra.

 

 

COIN SVT

 

Quelques images et liens à propos des oiseaux rencontrés.

 

l'opéra et son histoire architecturale

Nous y sommes !

Impressionnant, dire qu'il date des années 60; ses formes et matériaux m'impressionnent pour l'époque; béron lavé pour l'intérieur.

N'hésitez pas à faire une petite perso aux toilettes de l'Opéra, ça vaut vraiment le détour; les lignes des éviers, porte ressemblent à des vagues, c'est très élégant.

On en profitera également pour regarder la vidéo sur l'histoire de cette aventure; j'ai pris en photo certaines images de cette présentation que j'ai trouvé très jolies.

Pour coronner le tout, seb m'a fait la surprise de m'offrir la perle Sydney; c'est pour la St Valentin! Surprise très très appéciée...

 

Nous avons été bluffé par la composition du toit.

La veille, on aurait dit un toit immaculé. le lendemain, en plein jour, on découvrira un toit parsemé de carré de tuile de faïence blanches voire jaunes.

C'est surréaliste!

mais vu la forme sphérique des bâtiment, ils n'avaient pas beaucoup d'autres alternatives à l'époque.

T'imagines le nombre de petits carreaux avec revêtement anti salissures!

En fait au total, plus d'un millions de tuiles ont été nécessaires pour la couverture de la toiture d'une superficie totale de 1,62 hectare, et il était parfaitement possible de la poser parfaitement grâce à l'utilisation de la méthode mécanique de la pose.

En cliquant ici, vous aurez l'article complet,  Source : abc.net.au
1954 « Nous avons besoin d’un opéra »

Eugene Goossens, le chef d’orchestre du Sydney Symphonic Orchestra, est présenté au gouverneur de Nouvelle-Galles-du-Sud (NSW) de l’époque, Joseph Cahill et les deux hommes conviennent que l’Australie a besoin d’un opéra.

En décembre 1955, M.Cahill annonce un concours d’architectes international pour dessiner l’opéra, qui sera installé sur Bennelong Point à Sydney. La principale contrainte du cahier des charges est de prévoir deux salles de spectacle : une pour l’opéra et une pour les autres concerts symphoniques. Il faut aussi inclure un restaurant et deux salles de réunion.

Le concours se clôture en décembre 1956, avec 233 candidatures en provenance de 28 pays.

29 janvier 1957 L’annonce du vainqueur

C’est l’architecte danois Jorn Utzon qui est choisi.

1959-1966 La construction

Tout comme son design, la construction de l’Opéra fait l’objet de nombreuses controverses. L’édification prend au final plus de dix ans.

Il faut déjà plus de trois ans pour finaliser la forme des tuiles laquées qui recouvrent chaque portion de la toiture, constituée de plusieurs coques, ou voiles, selon les interprétations.

Huit ans sont ensuite nécessaires pour construire cette structure à la forme si particulière — l’un des plus grands casse-têtes jamais soumis à des ingénieurs.

En octobre 1959, M.Cahill meurt des suites d’un ulcère gastrique et c’est James Heffron qui le remplace. Avant de mourir, M.Cahill fait promettre à son ministre des Travaux Publics de ne pas laisser ce projet d’Opéra échouer.

 

1966 La démission de M.Utzon

En 1965, un nouveau gouvernement est élu. Le ministre des Travaux Publics, Davis Hughes, remet alors en cause la conception de l’édifice et les coûts liés à sa construction (qui ont littéralement explosé) et reprend le contrôle financier de l’opération. L’architecte danois décide de démissionner alors que les travaux intérieurs n’ont pas commencé. Il quitte le pays et n’y remettra jamais les pieds ; il n’a jamais vu l’Opéra achevé.

Trois architectes australiens sont nommés pour le remplacer et la construction est enfin terminée en 1973 — la date de fin de travaux initiale était fixée au 26 janvier 1963… L’édifice aura coûté 102 millions AU$ au lieu des 7 millions AU$ estimés.

 

20 octobre 1973 L’inauguration

L’Opéra accueille son premier concert le 28 septembre 1973, mais c’est le 20 octobre suivant qu’il est officiellement inauguré par la Reine Elizabeth II.

 

1978-1996 La scène internationale de l’Australie

En octobre 1978, le groupe de rock irlandais Thin Lizzy donne un concert gratuit sur les marches de l’Opéra devant environ 100  000 personnes. De nombreux grands spectacles ont pour cadre l’Opéra de Sydney au fil des ans.

En 1987, c’est le pape Jean-Paul II qui fait un discours dans l’une des salles de spectacles de l’Opéra...

 

1999 M.Utzon de nouveau missionné par l’Opéra

M.Utzon accepte de devenir consultant pour l’Opéra. Pendant plusieurs années, il élabore les principes de base qui devront guider toutes évolution et rénovation futures du bâtiment.

 

2000 Au cœur des Jeux Olympiques

La cérémonie des Jeux Olympiques est centrée sur l’Opéra : la nageuse Samantha Riley porte même la flamme olympique au sommet de l’une des coques du toit du bâtiment. L’Opéra est aussi au centre de l’épreuve de Triathlon qui se déroule en partie à proximité de l’édifice.

 

 

2003 Jorn Utzon reçoit le Prix Pritzker

Jorn Utzon est récompensé par le Prix Pritzker, la récompense la plus prestigieuse en architecture. L’Opéra de Sydney est reconnu comme l’un des chefs-d’œuvre d’architecture du XXème siècle

 

C’est aussi cette année-là, le 18 mars, que Will Saunders et David Burgess escaladent le toit de l’Opéra et y peignent le slogan « NO WAR » en signe de protestation contre la guerre en Irak. A la suite de cet incident, des gardes sont mis en place 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

 

2004 L’année de la reconnaissance pour Jorn Utzon

Le 16 septembre, le hall de réception, entièrement rénové selon les plans de Jorn Utzon, est renommé la « Utzon Room » en honneur de l’architecte danois. Pour M.Utzon, c’est « le plus grand honneur qui lui ait jamais été rendu. »

 

2007 Un site culturel classé

Les Nations Unies ajoutent l’Opéra de Sydney dans la liste des monuments culturels les plus importants du monde. Il rejoint près de 800 édifices et sites naturels, parmi lesquels figurent le Taj Mahal et la Grande Muraille de Chine.

 

29 novembre 2008 Mort de Jorn Utzon

M.Utzon meurt à Copenhague à l’âge de 90 ans. Bien qu’il soit à l’origine de nombreux édifices à travers le monde, sa pièce maîtresse reste l’Opéra de Sydney — qu’il n’a jamais pu contempler autrement qu’en photo.

 

2009 Illumination du toit

Le premier festival Vivid Light Festival illumine la toiture de l’Opéra.

Ce festival, considéré comme le plus important son et lumière de l’hémisphère sud, attire environ 200 000 personnes dans le quartier The Rocks et sur Circular Quay. La soirée d’ouverture est rediffusée en direct dans le monde entier.

 

Mars 2010 L’Opéra à nu

Environ 5200 personnes se dénudent et s’allongent autour de l’Opéra pour former une mer de chair nue. Ce moment est immortalisé par le photographe américain Spencer Tunick, qui s’est rendu célèbre en photographiant des foules nues dans des endroits emblématiques du globe.

 

Décembre 2010 Une cascade qui tourne mal

Hugh Jackman fait la une des journaux internationaux avec son entrée ratée dans l’émission spéciale d’Oprah Winfrey à l’Opéra. Il descend sur le plateau depuis une tyrolienne tendue entre deux voiles du toit de l’Opéra mais freine trop tard et percute une installation d’éclairage. Il se blesse et le tournage est interrompu...

 

L’Opéra de Sydney est aujourd’hui considéré comme l’un des bâtiments les plus extraordinaires du XXème siècle et est devenu l’emblème de l’Australie moderne. Il attire chaque année plus de 8,2 millions de visiteurs.

Avec ses voiles étincelantes sur le fond de l’eau bleue de la baie de Sydney, c’est l’un des sites les plus photographiés au monde. On considère qu’il génère environ 1 milliard d’AU$ par an pour l’économie du pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

Kangourous au Parc Morisset

Nous décidons de louer une voiture pour les deux jours qu'il nous reste à faire.

En effet, on souhaitait approcher des kangourous mais pas dans des zoos ou parc. On a pris l'habitude de découvrir les animaux dans le ur milieu naturel et on n'a plus envie de les voir derrière des cages. Au pire, on pourra se rattraper en France où il y a de superbes zoos comme Beauval par exemple.

Sur plusieurs blog, j'avais vu le Parc Morisset situé à deux heures de train comme superbe endroit pour caresser les kangourous. 98% de chance de les trouver!

En fait, ils ont élus domicile sur les pelouses de l'hôpital. Maintenant, il y a des panneaux comme quoi il ne faut pas leur donner à manger. 

On était tellement excité en les voyant, qu'on a vu les panneaux qu'en partant! 

Du coup, on leur avait amené des carottes, il parait que le pain n'est pas adapté à leur métabolisme.

On ne regrette pas cette escapade; on a pu profiter d'eux; ils sont tellement habitués à la présence humaine qu'ils s'approchent d'eux-même.

Ils ont de sacrés griffes tout de même, on a pu voir une maman avec son petit dans le ventre!

Infos Pratiques

transport en commun, par ici : Girltrotter

En voiture: c'est ce qu'on a fait; prendre direction Nord, comptez une heure et demi environ voire deux feures selon la circulation.

A Morisset, quand vous passez devant la gare à main droite, suivre tout doit; à la sortie de la ville, prendre à droite direction l'hôpital psychiatrique, vous allez voir des panneaux de circulation attention kangourou, puis une sorte d eportail à main droite, c'est l'entrée de l'hôpital, continuez dux à trois kms et vous verrez les pelouses. N'hésitez pas à poursuivre, le sentier vous même au bord du lac et un peu plus haut il y en a plein.

 

Coin SVT; les kangourous rencontrés sont des wallaby

Le wallaby (mot d'origine aborigène) est un nom vernaculaire donné à un ensemble de marsupiaux semblables à des kangourous de petite taille.

À l'arrêt, en position assise, les wallabys se tiennent en appui sur trois points : leurs deux pieds aux 4e et 5e doigts bien développés et leur longue queue.

Pour se déplacer lentement, ils prennent appui sur leurs longs pieds et sur leurs mains.

Pour se déplacer rapidement, ils sautent par bonds, grâce à la détente par appui sur leurs longs pieds, leur queue servant de balancier.

Ils se servent de leurs petites mains pour saisir et manger les aliments, se toiletter en peignant leur pelage et en se grattant derrière les oreilles comme pourrait le faire un primate.

Les mâles sont très agressifs entre eux, en particulier quand il y a des femelles. Quand ils se battent, ils cherchent à se saisir par les mains puis se donnent de forts coups de pieds.

Les wallabies et les autres grands marsupiaux mettent bas un ou deux petits au maximum et les portent dans une vaste poche, caractéristique des marsupiaux. Même complètement sevrés, les petits continuent à dormir ou à se laisser transporter dans la poche.

La mère procède à un nettoyage de la poche marsupiale avant la mise bas, l'embryon, encore aveugle et sourd, détruit son enveloppe, sort, grimpe par reptation sur le ventre le long d'une piste tracée par la mère. Sitôt dans la poche il attrape une mamelle et commence à s'allaiter. Il reste environ 5 mois à l'abri dans cette poche.

Les wallabys, se déplacent par petits bonds à une vitesse de croisière de 15 km/h environ mais en cas de danger, ils bondissent plus rapidement et atteignent une vitesse de pointe de 30 à 40 km/h en moyenne et de 50 à 60 km/h au maximum (selon les espèces). Ils peuvent faire des bonds impressionnant avec de l'élan, jusqu'à 1,80 mètre de hauteur et jusqu'à 7 mètres en longueur au maximum. Mais en général, leurs bonds sont petits ou aussi moyen, dans ce cas ils sautent le plus souvent à 1 mètre de haut et 3 mètres en longueur.

 

Bondi Beach et sa piscine !

Avant d'être une plage prisée, Bondi Beach fut un territoire aborigène. En témoigne le terme " bondi " utilisé par les populations autochtones, qui signifie " le bruit de l'eau sur les rochers ".

Anaelle souhaitait voir cette plage où une parte du film BayWatch y a été tourné d'où la photo devant lifeguard...'

Nous pousserons l'expérience le lendemain matin jusqu'à aller se baigner dans la Iceberg Swimming Pool 💦
Rien que son nom aurait dû nous donner la puce à l'oreille ! 👂

Le bain 🛀 sera froid et vigoureux. L'eau est salée.
Par contre l expérience est géniale.

Faire des longueurs avec le bruit des vagues 🌊🌊🌊 de l'océan qui tapent sur la piscine, voir quelques gouttelettes 💦💦💦💦 passer au dessus et retomber dans le bassin....ce n'est pas tous les jours.

Ce matin, contrairement à hier soir, le temps était avec nous.

Après ces petites longueurs, direction Blue Mountain.

Cette piscine a été fondée en 1929 par des life savers soucieux de garder la forme en hiver, le Bondi Iceberg Club est un grand club de natation à ciel ouvert. Cet endroit paradisiaque dispose de 2 bassins, un de 50 mètres et l'autre de 20 mètres, semblant défier la houle de l'océan. Niché en contrebas des falaises, face à la mer, le Bondi Iceberg Club donne à vos brasses une autre saveur.

Infos pratiques :

La piscine ouvre de 6h à 18h30 et est fermée le jeudi pour entretien.

Allez sur le site Bondi Icebergs Pool pour infos actualisées prix, horaires...

Pour une famille, il y a un forfait famille de 20 AU$ + 3 AU$ pour le casier.

Location de serviettes possible.

 

Blue Montain

Situés dans la région des Greater Blue Mountains, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, ces pics de grès usés par les éléments au fil des millénaires culminent à plus de 900 mètres parmi les falaises de la Jamison Valley.

Nous nous arrêterons à deux points d'observation: Sublime Point et Echo Point.

Echo Point, à Katoomba, offre les plus belles vues sur le massif.

Ces formations rocheuses insolites font partie de la terre traditionnelle des peuples aborigènes Darug, Gundungurra, Wiradjuri et Dharwal.

Selon une légende aborigène, trois sœurs d'une grande beauté, Meehni, Wimlah et Gunnedoo, ont été transformées en pierre par un ancien de la tribu doté de pouvoirs magiques. Les jeunes femmes étaient tombées amoureuses de trois frères d'une autre tribu mais la loi tribale leur interdisait de se marier. Les frères tentèrent d'enlever les trois sœurs, provoquant une bataille féroce et le vieux sage transforma les jeunes femmes en pierre afin de les protéger.

Il devait inverser le sortilège une fois le conflit résolu mais fut tué dans la bataille. Comme lui seul avait le pouvoir de rendre aux jeunes femmes leur apparence humaine, les trois sœurs restèrent pétrifiées à jamais, souvenir éternel de la bataille.

Il existe plusieurs versions de la légende aborigène des Trois Sœurs, mais une chose est sûre, le spectacle est tout simplement époustouflant.

Nous avons vraiment apprécié le panorama et les fameuses brumes bleues qui sont produites par les huiles dégagées par les forêts d'eucalyptus et d'où les montagnes tirent leur nom. 

Echo Point est également le point de départ de nombreuses aventures et randonnées en pleine nature, notamment descentes en rappel, escalade et spéléologie. 

On peut également descendre au fond de la vallée en empruntant les 800 marches du Giant Stairway, un sentier qui mène au pied des Trois Sœurs. Une fois au fond de la vallée, il suffit de suivre le sentier « Scenic Walkway », un chemin en planches de 2,4 km à travers la forêt vierge ancestrale remontant à l'époque des dinosaures.

Scenic World permet également d'emprunter le train panoramique Scenic Railway, ou de survoler la cime des falaises et d'observer la canopée des arbres au travers du plancher transparent du téléphérique panoramique Scenic Skyway ou à bord des cabines téléphériques géantes du Scenic Cableway.

Vous pouvez également passer par un circuit organisé comme Viator où tout est inclus : trajet, visites, parc animalier, retour en bateau, déjeuner...A quatre, nous n'avions le budget (environ 170 à 220 AU$/pers) ou il y a des bus spécialement dédiés pour cette excursion, le trajet coûte une cinquantaine de AU$.

Le moins onéreux reste la voiture où la location coûte moins de 30 AU$. Pensez au permis international, GPS Monde ou Maps.me pour vous guider.

 
Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter afin de toujours être au courant des dernières nouveautés en indiquant votre adresse e-mail !

Please reload

Quelques liens :