Après Siem Reap au Nord ouest du pays, nous partons vers le sud rejoindre Kampot et kep sans oublier de s'arrêter à Battambang. 

Nous squeezons volontairement Sianoukville qui malgré de belles îles ne nous intéresse pas.

A Kep, nous rejoindrons l'île aux lapins.

Enfin, nous terminerons notre séjour dans ce merveilleux pays par la capitale Phnom Pen où nous décollerons pour Bali.

Battambang

 

 

Nous ne sommes restés que deux jours sur Battambang; nous y sommes allés pour le Bamboo Train mais il était hors service le jour de notre arrivée.

Il est prévu que ce rail typique de Battambang soit annulé au profit de la ligne de chemin de fer Phnom Penh/ Battambang; on espérait passer encore entre les mailles du filet mais raté!

Le Bamboo Train est fermé depuis quinze jours! Dommage.

Pour voir ce qu'on a raté vous pouvez cliquer sur Bamboo Train.

 

Visite de fabrications de Rice pepper, Rice Wine, Sweet Banana et rizières

A la place, nous partons une journée en Tuk Tuk visiter les alentours, les fabriques de rice pepper, sweet banana et wine rice. 

Grottes de Phnom Sampeau et nuée de chauve-souris

 

Nous terminons l'après-midi au Phnom Sampeau situé à 12 kms de la ville. En grimpant au sommet, nous pouvons admirer une vue somptueuse sur la vallée et ses rizières dans lesquelles nous avions fait un stop quelques minutes plus tôt. encore une fois, des macaques nous attendaient au sommet.

Sur cette même route, nous nous arrêtons aux grottes-charniers de Phnom Sampeau où un Bouddha couché veille sur un ossuaire de victimes matraqués par les Kkmers rouges avant d'être précipitées dans le vide par l'ouverture de la grotte.

Après une bonne heure de grimpette, nous redescendons vers le tuk tuk. En bas, un Bouddha de 30m de hauteur est sculpté dans la falaise; seul la tête se détache de la paroi rocheuse.

Quelle ne fut pas notre surprise de voir une ribambelle de chauve-souris sortir de la paroie rocheuse pour aller chasser. Le guide nous expliquera que pendant plus d'une heure, chaque soir nous pouvons assister à ce spectacle. Nous sommes restés une bonne demi-heure et le flot continu de chauves-souris ne se tarrisait pas. Incroyable!

La nuit, les kmers nettoient les escréments car il est très important pour eux de maintenir la colonie; les chauve-souris qui mangent les insectes au-dessus des rizières, permettent de sauver en quantité de riz, l'équivalent d'une portion annuelle pour 21000 personnes!

Aussi, est-il ptrimordial de conserver cet espèce dans la grotte.

Village de Vat Kor

Avant de prendre de bus de 14heures pour retourner sur Siem Reap, nous décidons d'aller voir les 21 maisons kmers traditionnelles dans le village de Vat Kor.

Sur la route, nous nous arrêtrons sur l'ancienne voie ferrée du Bamboo train, une petite marche sur les vestiges du pont et c'est reparti jusqu'au temple Bouddhique.

Sila nous explique un peu sa religion sachant qu'il est boudhiste et hindou.

Il nous montre la stupa, les maisons des moines, son temple...

Ensuite direction la maison Khor Sang construite en 1920 avec des bois devenus rares, entourée de vergers. Elle possède une large véranda style coloniale comme je les aime. Pour info, ils louent des chambres sur tripadvisor il y a les avis.

Pendant la visite, nous découvrirons les différents meubles, tous dans des bois différents, ainsi que l'histoire de la cuisine sabotée car réquisitionnée par les khmers rouges; les traces de la maltraitance de cette maison sont encore visibles.

On apprendra également que l'escalier principal en béton (signe de richesse à l'époque), suivant la croyance se situe à l'est comme pour les temples d'Angkor alors que celui des domestiques est à l'ouest et en bois.

Notons qu'en 100 ans, les matériaux de luxe se sont inversés.

 

Ne pouvant pas faire l'expérience de Bamboo Train, nous nous interrogeons pour faire un portrait de famille en tenues traditionnelles Cambodgiennes.

Coline a son amie Sixtine qui avait vécue cette expérience à Phnom Pen quelques années plus tôt.

Ses photos sont tellement belles qu'on se met en quête d'un photographe. Merci Sixtine pour tes conseils, grâce à toi, mission réussie.

Notre photographe nous maquille, faux cils recyclés, make up style moulin rouge... métamorphose en route.

Ensuite, nous nous installons à l'arrière de la boutique, notre photographe nous habille, du coup on apprend à mettre un sarong... la technique est similaire au sahari.

Puis elle agrémente notre tenue avec beaucoup de bling bling (postiches, bijoux, diadème...)

En fait on rigole et on a adoré ce moment.

Avant  d'en arriver à ce résultat, il a fallu forcément quelques séances de maquillage, coiffure, photoshop.

Les coulisses en images.

Shooting Coulisse

Kampot

 

La ville des rencontres

Kampot est une petite bourgade où il fait bon vivre.

Nous avons passé les deux premières nuits au Samoon Village dans une cabane type Robinson Crusoé.

Douche dehors avec une bonne vingtaine de lézards et salamandres à guetter les insectes du diner au-dessus de nos têtes.

Malheureusement, Seb a glissé dans les escaliers du coup direction l'Hôtel TWO MOONS qui a une piscine pour apaiser le dos de Séb.

Cette piscine va également nous permettre de rencontrer Richard, Ludivine et Prawn qui est née dans le même hôpital que Coline.

Grâce à eux, nous aurons les coordonnées de Hugo, osthéopathe français qui exerce à Kampot. Il est situé deuxième route à gauche après avoir traversé le pont français (éclairé en vert le soir), il est très bon et une séance coûte environ un vingtaine de dollars.

Si vous souhaitez rencontrer Richi (encore un décidémentg l'Inde nous poursuit), allez sur les plages de Koh Long où il vend des tickets pour des soirées; en fait son concepte est de donner 7$ pour tee-shirt...et boissons à prix très très réduits dans les pubs partenaires.

Ce concept n'a pas beaucoup d'adeptes français par contre il cartonne chez les anglos saxons.

Le lendemain, nous ferons la connaissance de Samira, notre bonne fée!!! Oui oui toi Sam si tu lis cet extrait, tu es une bonne fée!!!

Bonne vivante, au langage direct comme moi nous avons bien accrochée toutes les deux.

Pour la petite histoire, Anaëlle avait oublié son téléphone dans l'accoudoir du bus qui nous amenait à Kep. malgré nos appels envers la compagnie à peine 20mn après, ils ne le trouvaient pas. Samira étant restée au Two Moon, nous lui demandons si elle peut voir avec Mélanie...ou sur place. C'était mal connaître notre Samira Nationale! Après avoir voyagé toute la journée, être passé par le Vietnam... Samira a réussi à nous le ramener en main propre. Anaëlle était trop contente car après 24heures, on avait fait une croix sur le portable c'est-à-dire son Doudou car c'est LE lien avec ses amis restés en France. Et comme vous vous en doutez, ses amis, sa famille lui manquent.

Balade dans les rizieres vers les plantations de poivre de kampot

Nous passerons notre journée à nous balader à travers les rizières. Ici, avec la chaine des Cardamones en toile de fond, les nuances de vert sont magnifiques. Quand je vois ces chaines de montagnes, je ne peux m'empécher de penser à Pin Yathai l'auteur du livre "Tu vivras mon fils" qui les a traversé à pieds pour échapper aux kmers rouges.

Sur le chemin, nous nous arrêterons à une grotte, traverserons le lac et mangerons le meilleur cochon depuis deux mois à La Plantation.

La grotte est un peu perdue au milieu de la campagne. Nous avons pris un chauffeur de touk touk  en ville qui je crois faisait ce tour avec des touristes pour la première fois. Il demandait régulièrement son chemin, on a du faire demi-tour plusieurs, descendre de la remorque pour pouvoir passer les ornières...

Mais c'était génial car on lui avait demandé que la Plantation; le reste était "as you like"! Comme il n'avait qu'une dizaine de mots anglais à son vocabulaire, on attendait les surprises.

Faites attention à la grotte, les enfants vous proposent de vous accompagner... mais c'est de la spéléo, pas du tout adaptée pour les enfants et les personnes âgées. 

Sans faire la spéléo, vous pouvez accéder à une première partie après 209 marches où un temple est érigé. Une stalacmite sert de Linga en commémoration à Shiva. L'Inde encore!

Après la grotte, nous poursuivons notre route jusqu'au lac; pour rejoindre la route de la plantation, il faut passer dans l'eau en amont d'une cascade. C'est là que beaucoup de Cambodgiens viennent laver leurs motos, touk touk..

Enfin, nous arrivons à la Plantation de poivre de Kampot. Nous y dégusterons de succulents plats dont des saucisses au poivre frais élaborées par un charcutier francais: Divines ! Meilleures que celles en France.

On assistera à une démonstration de la culture du poivre.

Le poivre de kampot est si excellent, que je lui ai consacré un paragraphe à part entière.

 

Le poivre de Kampot

Le poivre de Kampot est tellement bon qu'il mérite un paragraphe à lui tout seul.

C'est le premier produit agricole cambodgien à avoir bénéficié d'une IGP (indication géographie protégée), délivrée en 2010. Cette décision et les efforts locaux devraient permettre une renaissance de sa culture.

Il existe 4 poivres de Kampot, le frais, le Noir, le Rouge (fruité) et le Blanc (fort) 

Chaque couleur a sa saveur, il est préférable de ne pas les mélanger.

Avec les visites, nous découvrirons également le poivre long, utilisé dans nos contrés au temps du moyen âge.

Nous visiterons deux plantations très complémentaires.

La Plantation, avec une communication très occidentale au milieu d'un parc magnifique. Un peu trop parfaite à mon goût pour seulement 4 ans d'existence sachant qu'une liane met trois ans pour donner sa première production.

Nous irons également à la ferme Link, précurseur, situé dans la ville de Kampot. Là, nous y découvrirons le poivre en train de sécher au soleil ainsi que les femmes trier les grains en fonction de leur calibrage.

 
 

Kep et l'île au lappins ou Koh Tonsay

Enfin la mer!!!

Au vue des routes de Kep et de sa situation balnéaire, nous imaginions une ville beaucoup plus animée et plus grande.

Mis à part son Fish Market et sa Beach, ici c'est très petit. Nous nous y sommes posés 4 jours mais un peu trop long à notre avis.

Par contre, j'ai adoré la guesthouse Khmer House Hotel, nous dormions dans une maison typique khmer, à l'ombre des arbres, en périphérie du parc.

 

Avec Samira, nous irons sur l'île des lapins.

Attention, beaucoup de bloggeurs parlent d'un sentier qui permet de faire le tour de l'île en 1h30; nous nous y sommes essayés avec Sabrina et Tatiana qui nous ont rejoint.

En fait, nous commençons à prendre le sentier au milieu des broussailles, après une demi heure, nous débouchons sur une plage assez sympathique si nous occultons les ordures.

Nous poursuivons notre chemin en contournant l'île par sa plage.

Arrivés au 2/3, une mangrove nous empêche de poursuivre; le sentier non entretenu nous amène dans la forêt en direction de la falaise.

Un bateau de pêcheur accepte de venir nous chercher moyennant finance et nous ramènera au point d'embarquement.

 

Cette balade sur un bateau défiant les lois de la flottaison restera un de mes meilleurs souvenirs. Vu le trajet qui restait à faire pour finir le tour de l'île et la mangrove installée partout, jamais nous n'aurions pu revenir au pont d'embarquement sans rebrousser chemin.

Un couple d'anglais était également en galère, quand ils nous ont vu passer avec les pêcheurs, ils ont fait pareil que nous.

Je soupçonne les restaurateurs de ne pas entretenir ce sentier pour qu'on reste sur la plage et dépenser chez eux. 

Nous sommes actuellement à la fin des moussons, et malheureusement, le ciel laiteux à empêcher de voir les eaux turquoises tant représentées sur les revues.

Personnellement, je n'aime pas rester lézarder des heures et des heures sur une plage, aussi la petite balade autour de l'île était la bienvenue.

J'y ai passé tout de même un super moment en compagnie de Samira et l'escapade imprévue sur le bateau de pêcheurs reste mon meilleur moment.

 

 

Photos de l'île au lappins ou Koh Tonsay

 
 

Phnom Penh,la capitale du Cambodge

Après quatre jours sur Kep, nous nous dirigeons vers la capitale Phnom Penh. 

Là aussi, nous avons réservé les tickets avec l'hôtel, ce qui est génial au Cambodge, c'est que les transports font souvent le spick up directement à l'hôtel, et ça c'est super confortable; pas besoin d'arpenter les rues avec les sacs sur le dos à chercher la stgation de bus.

Après 4 heures de van, nous voilà déposé à la station.

On prend un touk touk pour nous amener à notre dernier hôtel du Cambodge; dans trois jours, on prend l'avion pour Bali.

On choisi d'aller au Leaph Sokhak Hotel, on y rencontrera Virginie, Bertrand et Sasha qui font également un TDM, vous pouvez les suivre sur The Vernoz Around the world, on espère les rencontrer de nouveau en Nouvelle Zélande.

Phnom penh reste une ville petite, on a marché sur le riverside, là où il y a tous les expats. Plus le palais royal, les quais..

Nous sommes arrivés en plein préparatifs de la fête de l'eau. 

La Fête de l’Eau ou Bon Om Touk en cambodgien est une fête populaire organisée chaque année le jour de la pleine lune d’octobre ou de novembre. Cette fête est célébrée dans tout le pays, mais celle de Phnom Penh est la plus connue. La manifestation dure trois jours et donne lieu à une grande variété d’animations : course de bateaux, parades de pirogues joliment décorées, danses folkloriques, feux d’artifices, etc. La Fête de l’Eau accueille des milliers de personnes, on vient de tout le pays pour participer à l’événement, mais malheureusement certains bain de foules peuvent tourner au cauchemard. Nous avons la chance de voir tous les préparatifs, répétitions sans la foule.

On profitera également de cette étape pour visiter le S21, c'est-à-dire un ancien lycée qui dans les années 1975/1979 a servi de centre de torture aux Khmers Rouges. Nous éviterons le charnier situé à 15kms en dehors de la ville. En effet, à Battambang on avait déjà vu un ossuaire au fond de la grotte et la visite du S21 était suffisante dans l'échelle de l'horreur; pas besoin d'en rajouter. 

Phnom Penh,la visite du S21

En arrivant au Cambodge j'ai acheté le livre de Pin Yathai dont le titre très évoquateur "Tu vivras mon fils" retrace le parcours d'un rescapé des kmers Rouges. Grâce à ce livre, j'ai pu  comprendre une partie sombre de ce pays; l'époque Kmers Rouges. 

En 24 heures, les villes sont vidées de leurs habitants qui sont envoyés dans les campagnes pour cultiver le riz pour soit disant nourrire tous les citoyens. Malheureusement, ils travailleront 12h/jours pour deux bols de soupe de riz par jour. Le fait de porter des lunettes valait d'être exécuté car cela montrait qu'on avait de la culture.

En seulement 4 ans, ce régime communiste totalitaire déssima plus de 20% de la population d'un pays

 

Pin Yathay, jeune ingénieur cambodgien promis à un brillant avenir, voit sa vie basculer dans l'enfer khmer. 
Seul survivant de sa famille, rescapé et évadé du Cambodge de Pol Pot en 1977, il raconte dans son livre "Tu vivras, mon fils" (1987)l'exode de millions de personnes vers l'inconnu, la faim, la peur et la mort, une errance sans fin qui semble ne répondre à aucune logique hormis celle de la folie arbitraire et destructrice des Khmers rouges. 

Ce livre permet de voir comment l'humain s'adapte, change, se résigne des deux côtés de la barrière.

Il faut savoir qu'ici, aucun Cambodgien n'est sorti indemne de cette terrible épreuve et que toute les familles ont eu un ou plusiurs membres de leur famille tué.

On regardera également le film "la Déchirure" qui retrace également cette période.

Enfin, la visite du S21 clôturera notre apprentissage de cette période difficile pour le Cambodge. Les filles ont effectivement été choquées de la barbarie et n'imaginaient pas que l'humain pouvait arriver à faire faire de tels sévices. Elles en avaient entendu parlé mais être sur place permet de s'imprégner. le S21 reste assez zen, il n'y a pas d'horreurs étalées.

    S21 

 

Le plus paradoxal reste le décor! Les salles de torture étaient d'nciennes salles de classe. C'est en 1975 que les kmers rouges ont pris le puvoir, du coup le lycée ressemble énormément à os lycées français; quand on empruntait les escaliers, on avait le sentiment de prendre ceux de nos années de collégien. La cour de récréation est aménagée en un superbe jardin alors que les fils barbelés obstruent les fenêtres pour empêcher les prisonniers de se suicider. Effectivement, ici c'était un endroit de sévices pour faire avouer les détenus; ils ne devaient surtout pas mourir ici mais au charinier situé en-dehors de la ville. Il fallait cacher l'horreur aux cambodgiens et éviter la rebellion.

A la sortie, il y avait les protagonistes en photo et leurs procés. Ce qui a énervé Anaëlle et Coline c'est que Pol Pot décèdera à 73 ans d'une crise cardiaque le 15 avril 1998 soit presque 20 ans après la fin de son régime totalitire et avant son procés.

 
Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter afin de toujours être au courant des dernières nouveautés en indiquant votre adresse e-mail !

Please reload

Quelques liens :