et l'école ...

buissonnière ?

a distance ? 

 

Vous êtes tellement nombreux à vous interroger sur la scolarité des enfants en tour du monde, qu'on a fait un article sur notre expérience.

Le suivi scolaire de nos filles pendant cette année sabbatique restait une obligation nécessaire.

En aucun cas ce projet ne devait nuire à leur avenir. Après avoir échangé avec elles, il leur paraissait important de retourner dans leur classe afin de retrouver leurs amis. Elles ne souhaitaient pas redoubler.

Du coup, nous amènagerons une pause de deux mois et demi de mi décembre à fin février en Nouvelle-Calédonie. Cette destination nous permettait de passer du temps avec nos amis qui vivaient sur place et surtout revenir sur un mode sédentaire propice au temps scolaire. 

Ci-dessous, face aux questions récurrentes des familles, nous allons essayer de vous apporter des réponses via le témoignage des parents pour la partie administrative.

 

Puis Coline et Anaëlle vont vous amener leurs ressentis face à cet apprentissage scolaire.

Etant actuellement à mi-parcours, nous échangerons sur le retour, les évaluations et la reprise d'une scolarité classique dans quelques mois.

Parents, paperasses et compagnie

January 03, 2023

Pendant la préparation du TDM, il a fallu prendre des décisions pour le suivi scolaire de nos filles.

Classe règlementée ou classe libre?

CNED ou autres organismes?

Comment anticiper le retour?

etc etc

Coline 15 ans

February 23, 2023

Coline, à travers cette page va essayer de vous parler de son quotidien scolaire et relater les avantages et inconvénients d'étudier par correspondance.

Anaëlle, 12 ans

May 28, 2023

Au tour d'Anaëlle d'essayer de vous expliquer son quotidien scolaire.

Bolivie en mode Spanish School

May 28, 2023

En Bolivie, nous avons inscrit nos filles à une école d'Espagnol.

On s'est dit que cette méthode d'apprentissage qui combine de l'écrit et de l'oral leur permettrait d'approfondir leurs connaissances et nous aider pour la suite du voyage.

Elles ont commencé les cours le 11 mars 2018.

Please reload

CNED et Compagnie:  

Casse tête chinois pour nous pour le suivi scolaire de nos filles car elles sont sous deux modes de gestion différents.

Un point commun : à partir du collège, on peut avoir la totalité des cours en version numérique.

OUF moins de poids dans notre sac.

 

Anaëlle au collège, la partie la plus simple surtout qu'elle reviendra dans le même établissement.

 

Quant à Coline, elle quittera le collège cette année pour intégrer le lycée en 1° sans passer par la classe de seconde.

On a été au Fofe (salon lycéens) dès février 2016 (deux ans avant le départ) pour comprendre comment s'enchevêtrent les options qui ouvrent droit à tel ou tel lycée....et surtout qu'elle ait le temps de réfléchir à son avenir scolaire.

Il nous a paru très important d'anticiper cette approche déterminant également les options qu'elle prendra sur le programme du CNED. En effet, Coline souhaite intégrer un lycée qui est différent de celui affecté à notre zone géographique.

Afin d'être sûr de ses choix, la dernière année, nous avons visité les quatre lycées pour la rassurer et l'aider dans ses souhaits.

Après tout ça, direction l'académie, le CNED... et là nous irons de surprises en surprises!

 

Classe Règlementée ou classe libre ?

 

Nos premières démarches tendaient vers la classe règlementée, elle nous paraissait plus adaptée. Sous cette version, l'académie donne l'habilitation au CNED pour qu'il puisse décider ou non du passage de l'élève dans la classe supérieure. Cela nous évitait les évaluations du retour. Les enfants déposent des contrôles à date imposée et en retour bénéficient d'un bulletin de notes trimestriels.

De plus, cette inscription "règlementée" si elle est acceptée par l'académie, est gratuite. 

 

Les inscriptions en classe réglementée ne se font qu'à partir de juillet au CNED. Mais l'inscription en classe règlementée nécessite des accords de l'académie pas facile à obtenir. A ma grande surprise, je vais découvrir que les réponses peuvent diverger d'une académie à l'autre.

 

Dans notre cas, ce sera refusé !

Motif : le CNED en classe règlementée est accepté pour les enfants itinérants en France ou sédentaire à l'étranger. Nous, nous sommes itinérants à l'étranger. Bien entendu, j'ai fait une demande de recours auprès de l'académie et du ministère également refusée. En bon politicien, le ministère nous renvoie vers le directeur de l'académie sachant qu'on a eu leur réponse 4 mois après l'envoie de notre recommandé ; vous comprendrez qu'on était parti depuis belle lune.

J'ai été très déroutée à ce moment là, il me paraissait impensable que des élèves n'aient pas les mêmes chances de réussite d'une académie à l'autre. Je trouvais que la classe règlementée était plus juste car l'avis de passage se décidait à travers trois bulletins de notes trimestriels; alors qu'en classe libre, les enfants sont évalués deux heures sur trois matières à leur retour. Il vaut mieux que ça tombe sur leurs sujets préférés !

Du coup, à contrecoeur, nous voilà partis pour une inscription en classe libre. Il faut savoir qu'à travers cette inscription, les filles reçoivent exactement le même programme; elles peuvent également envoyer les mêmes contrôles notés par les mêmes professeurs que la classe règlementée.

 

Vous me direz, quelle différence ?

Les frais d'inscription en libre sont à la charge des parents (environ 7 à 800€/an/enfant) et le bulletin de notes est annuel.

 

A leur retour, les filles devront passer une évaluation auprès de l'établissement scolaire qu'elles intègreront.

Là aussi, ce ne sont pas les mêmes règles d'une académie à l'autre.

Certaines veulent que les évalutations soient faites avant fin juin (facile en TDM!), d'autres attendent le retour.

Nous ce serait la seconde option, étant en février au moment de l'écriture de cette page, nous vous donnerons la suite de l'histoire au prochain épisode...

Ca y est les filles passent en classe supérieure !

Comment cest passé la réinscription ? Par ici

Cned ou pas Cned?

Contrairement en classe règlementée où seul le CNED est habilité à délivrer les avis de passage, en classe libre, nous ne sommes pas obligés de choisir le CNED comme organisme.

En effet, notre seule obligation pour les enfants de moins de seize ans, c'est d'apporter la preuve qu'on leur délivre une formation scolaire. Il faut aussi avertir l'académie et le maire de votre commune que vous allez faire "l'école à la maison"

Nous avons regardé les autres organismes mais la plupart nécéssitaient une version papier; option trop lourde à transporter; nous sommes vraiment au kilo prêt ! A la place, les filles auront un ordinateur chacune offert à Noël avec l'aide de mamie.

De plus, nous concernant, Coline souhaitait faire l'option Chinois; cette matière est très rarement distillée en-dehors du Cned.

Enfin, le fait de sélectionner le CNED était le choix de la tranquilité. Comme c'est le seul organisme habilité en classe règlementée, on s'est dit que de continuer avec eux, avec le dépôt des devoirs...gageait de notre suivi sur la scolarité des filles.

A ce jour, l'académie, le maire... n'ont pas cherché à rencontrer les filles.

En cours de route, on complètera le Cned de Coline par une inscription auprès du site Kartable.

Cela va révolutionner notre quotidien et la compréhension des cours!

Du coup, comment ça se passe dans le quotidien?

Pour être tout à fait honnête, le CNED restera la partie obligation dont on ce serait bien passée.

Après plusieurs mois, on est bien content d'être en classe libre car en décembre on avait du retard dans l'expédition des contrôles. Ce retard aurait entrainé un recommandé avec avertissements...si on avait été en classe règlementée.

Le retard est dû à plusieurs facteurs dont le premier est le manque de wifi!

Effectivement, il n'est pas évident d'avoir suffisament de débit pour télécharger et faire ses cours en ligne!

Petite astuce : dès que vous le pouvez, téléchargez les cours et devoirs pour que les enfants puissent accéder à leurs unités même hors réseau.

 

Nous, nous sommes partis le 7 septembre, les cours d'Anaëlle ont été mis en ligne le 5 et ceux de Coline le 20. Impossible de prendre nos marques avant!

Ce n'est pas faute d'essayer, je n'ai même pas réussi à avoir la liste correcte des livres à acheter avant le départ pour le français. Les livres que le Cned m'a communiqué au téléphone ne font même pas partie de ceux demandés pour les évaluations.

Du coup, préparez-vous à acheter ou télécharger deux ou trois livres pendant la scolarité.

Bonne nouvelle, les anciens romans tel que ceux de Balzac, Voltaire, Zola... sont gratuits en téléchargement.

Autre astuce, téléchargez les applis avant de partir qui permettent d'obtenir les livres numériques.

Nos premiers essais ce sont faits en Inde où le réseau était compliqué et évidemment quasiment impossible de télécharger les cours. On a pu les télécharger correctement qu'à Bangkok (un mois plus tard).​

Préparez- vous à faire travailler vos enfants dans des situations un peu rocambolesques.

Vous verrez que chaque moment de "libre" est mis à profit pour avancer sur les cours: sièges d'aéroport, médiathèques qui restent une très bonne astuce pour avoir de la wifi le tout dans une ambiance sereine, assis sur un lit, à l'arrière de la voiture...

Collège

 

Le programme de cinquième est assez bien articulé et assez facile à suivre. Il y a tout de même une dizaine de devoirs par matière à rendre sauf pour techno, sciences physiques, musique et dessin où il y en n'a que cinq en moyenne.

Anaëlle a besoin qu'on soit derrière elle; même si le voyage l'a rendue beaucoup plus autonome, des explications sur les leçons sont nécessaires.

La vision sur le monde et les échanges avec d'autres enfants surtout en Inde lui ont ouvert les yeux sur la chance d'avoir la possibilité de recevoir de l'instruction surtout en tant que fille.

 

Lycée

 

Le programme de seconde nécessite beaucoup de temps de recherches et donc de la wifi.

Je trouve que les cours ne sont pas très pédagogiques, il vaut mieux bien comprendre les maths par exemple.

Coline a  du apprendre à aller chercher l'information, à repérer celle qui est fondée et la retransmette le tout sans avoir l'aide d'un professeur pour la guider dans ses démarches.

En plus, l'outil informatique du Cned nécessite de nombreux téléchargement de logiciels suivant si l'envoie est un oral, un écrit, des graphismes...

Sur les conseils avisés de mon amie Cécile, j'ai souscrit un abonnement auprès du site Kartable. Comme nous l'avons souscrit mi-décembre, l'inscription bénéficiait d'une remise. Pour 50€, nous avions tout le programme de seconde.

Il nous a énormément aidé, j'ai trouvé les explications claires. Depuis qu'on a Kartable, Coline a mieux compris les attentes du CNED et a acquis une méthode surtout en mathématiques pour résoudre les exercices.

Planing ?

 

Comme expliqué plus haut, nous avons fait une pause "cned" de deux mois et demi en Nouvelle-Calédonie. On a eu la chance qu'il ait plu pendant un mois...hourra nous sommes restés à la maison sans avoir le sentiment d'être frustrés.

Grâce à cette pause, les filles ont non seulement rattrapé le retard prit avant Noël mais surtout prit de l'avance! En même temps, elles ont travaillé six à sept heures par jours pendant un mois avec maxi deux jours sans CNED par semaine. Comme à l'école! Ce rythme n'a rien à voir avec celui du premier trimestre où elles ne travaillaient qu'à peine deux à trois heures tous les deux ou trois jours!

Du coup, on repart début mars plus tranquilles dans la tête et soulagés car la fin du voyage devrait être beaucoup plus simple.

Pour éviter ce calvaire, certains parents arrivent à tenir un rythme de deux à trois heures jour, d'autres ne font travailler les enfants que sur les trois matières principales : français, anglais, mathématiques et d'autres abandonnent en cours de route en se disant qu'un an ce n'est rien et que les enfants ont toute leur vie devant eux.

Encore une fois, c'est une décision de famille; nos filles voulaient impérativement passer en classe supérieure ce qui forcément nécessitait de consacrer du temps à leurs études.

En espérant que le jeu en valait la chandelle.

 

Dans tous les cas, je suis persuadée que le voyage leur amène tout un tas de connaissances, ouverture d'esprit, apprentissage des langues, capacité d'adaptation...qui leurs seront utiles dans leur vie.

 

Suite au prochain épisode dans quelques mois : le retour!

Matériel ?

Nous avons pris la version 100% numérique, du coup les filles ont eu un ordi portable pour leur noël précédent le départ. On s'y est mis à plusieurs pour leur offrir un mac.

Effectivement c'est un bon outil mais on a eu des soucis au départ pour télécharger fichiers Cned; certains logiciels sont incompatibles.

Que ce soit pour le collège ou le lycée, prévoyez un rapporteur, une équerre, un crayon quatre couleur, un cahier et quelques feuilles blanches pour les figures géométriques. Pour vous, deux, trois enveloppes car malgré la distance on a parfois besoin de poster du courrier officiel.

Pour Coline, en seconde, on a amené la calculatrice scientifique nécessaire pour les fonctions, trigonométrie et les racines carrées. Il est certainement possible de l'avoir sous forme appli, mais on préfèrait la calculatrice physique ce qui lui permet de la prendre en main et être plus efficace à son retour. Ah, il a fallu du papier calque pou un devoir de physique-chimie, hureusement au pérou ils en vende à la feuille !

Prévoyez une appli sur leur portble pour télécharger des livres version numérique pour le français.

 

   Et le retour dans tout ça?

Au moment où je vous écris, nous sommes rentrés depuis un mois et les filles ont repris le chemin de l'école depuis deux semaines seulement.

Premièrement, nous ne regrettons pas d'avoir choisi de maintenir leurs cours via le CNED; elles ont renvoyé 80% des devoirs sauf dessin pour Anaëlle. Quant à l'espagnol, on a choisi de leur offrir des cours particuliers en Bolivie à la place du CNED.

En juin, nous nous sommes rapprochés des établissements scolaires de nos filles. Pour rappel, ce sont eux qui évaluent les enfants pour le passage en classe supérieure lorsque nous sommes en classe libre.

Le lycée nous a suivi toute l'année, on a pu effectuer plusieurs vidéoconférences avec la classe de Coline pour échanger sur le voyage, les cultures, les ressentis... Nous avons fait des encarts point SVT, Histoire...sur le blog pour les élèves qui ont du choisir un thème pour un exposé. A chaque retour de copie corrigée du CNED, nous les transmettions au lycée afin qu'ils évaluent Coline sur les notes mais aussi sur le contenu de ses devoirs.

Grâce à ces échanges réguliers, l'évaluation de Coline et son inscription en classe supérieure ont coulés de source.

On avait adressé nos voeux de filière pour sa Première en février, mars. En juin, nous avons pu récupérer les dossiers d'inscription en ligne et ma mère a pu les déposer complété à notre place. Pensez à faire-faire des procurations bancaires, car il y a des chèques de caution à donner aux établissements scolaires.

Quant à Anaëlle, elle rentrait en quatrième dans le même collège qu'avant notre départ. On leur a également communiqué ses résultats et l'attestation de suivi de cours d'Espagnol de la spanish school de Bolivie. Comme pour Coline, ils n'ont émis aucune difficulté pour son passage en classe supérieure.

Epilogue : nous concernant, d'un poin de vue passage en classe supérieure, nous ne regrettons pas d'avoir joué le jeu du CNED, il est le seul organisme habilité par l'académie dans le cas d'une classe réglementée. Le fait d'avoir choisi cet organisme et que les filles aient remis leurs devoirs avec assiduité, à rassuré les établissements scolaires. Ils n'ont émis aucune difficulté et on a même pu finaliser les inscriptions à distance. Mi-juin, nous étions libérés !

On a pu finir notre Tdm serein et à notre retour mi-août on pu consacrer notre retour à d'autres sujets.

D'un point de vue cours, on les a trouvé pas assez pédagogiques. Pour la seconde, nous avons complété nos informations par le site kartable dont le contenu est plus clair et plus méthodologiques.

1° pas d'élèves, 1ères impressions : les filles sont ravies d'avoir retrouvé leurs amis.

Après deux semaines, elles se sentent très très à l'aise en Anglais et Espagnol. Le voyage leur a amené une culture générale c'est certain et cela leur facilite la compréhension de certains cours.

Coline, pour être honnête s'ennuie, elle aime apprendre via internet, kartable...Rester une heure à écouter un contenu où un quart d'heure suffit en tdm la laisse un peu sur sa faim. Elle doit réapprendre à redevenir "scolaire" et pas toujours évident.

Quant à Anaëlle, elle est ravie de sa classe, même sensation face à l'apprentissage des leçons. 

Et  maintenant, qu'en pensent les filles ?

Les textes ci-dessous sont les témoignages sur leurs ressentis face au Cned.

 

Anaëlle, 12 ans, cinquième

Le CNED est d’une part bien car tu peux envoyer tes devoirs quand tu veux et même ne pas les envoyer mais que pour le libre après pour le réglementé c’est obligé d’envoyer (par exemple) 5 devoirs par mois et il faut envoyer tous les devoirs avant que ça ce termine.

Mais aussi d’une part c’est moins bien, quelques leçons comportent des erreurs de dates, de mots…puis aussi les consignes de quelque devoirs sont vagues ou difficiles à comprendre.

Côté Français, ils font toujours des rédactions de plusieurs lignes et c’est assez compliqué certaines fois, je ne me sentirais pas capable de le faire toute seule en une heure comme a l’école.

Voilà ma vision du CNED, ce n’est pas une punition, les ados de mon âge qui lisent ce texte, que ce soit le CNED ou le collège, peu  importe soyez sérieux et même si c’est marrant d’avoir des 0 vous allez voir que plus tard ce ne sera pas marrant car si vous vous moquez de tout alors pour le Brevet ce sera loupé puis pour le Bac et vous ne pourrez pas faire le travail que vous voulez.

Entre quelqu’un qui fait l’idiot et qui se moque de tout et quelqu’un qui est sérieux et qui prend son travail au sérieux, qui vous choisissez ?

La personne sérieuse c’est évident, alors ne prenez pas ça pour un supplice mais comme une étape à passer. Vous verrez que le métier que vous voulez faire sera plus accessible.

 

Rêver, rigoler, se moquer de tout, c’est bien un instant mais pas toute une vie…

Coline, 15 ans, Seconde

Le CNED est un organisme d'éducation à distance agréé par l'Éducation Nationale, c'est-à-dire le seul capable de prouver que je suis capable de passer dans la classe supérieure.

Avec cette belle phrase, on imagine que c'est vraiment un bon moyen de remédier au problème d'école quand on est en tour du monde, non ? À vrai dire, c'est pas "ouf" le truc...

 

Le gros problème de cet organisme est qu'ils veulent tellement faire bien auprès de l'Éducation Nationale, qu'ils écrivent des leçons pour des ados de 15ans avec des mots pour adultes travaillant aux Impôts ! Étant en relation avec les autres élèves cnediens, j'ai appris que je ne suis pas la seule à me sentir complètement larguée !

 

Du coup, une amie de ma mère nous a parlé d'un site qui s'appelle Kartable et qui fournit des leçons et des exercices pour aider les élèves en difficulté au lycée, c'est génial !

 

Mais bon, il y a aussi des choses biens, il ne faut pas oublier le fait que les professeurs expliquent bien mieux ce qui va ou ne va pas en corrigeant nos devoirs que les professeurs au lycée. Là au moins je sais ce que je dois améliorer !

 

2e point positif : l'évident : on peut partir en tour du monde sans vraiment s'inquiéter de l'école ! On ne pouvait pas faire ça avant internet.

 

Conclusion : le CNED est vraiment un moyen de devenir totalement autonome mais a très sérieusement besoin d'améliorations pour se mettre au niveau des élèves.

 

Spanish School en Bolivie

Nous avons débuté l'expérience le 11 mars 2018.

Entre Me gusta et Bolvian Spanish School, nous avons opté pour la seconde.

Les échanges par mail était plus clair avec Bolivian qui proposait également des chambres dans le même immeuble que l'école.

De plus, contrairement à "Me Gusta", Bolivian Spanish School a une réception ouverte le dimanche c'est-à-dire le jour de notre arrivée. Les cours devant débuter le lundi ça nous permettait de tout mettre au point la veille du début des cours.​​

Pour échanger avec les écoles, il suffit de leur adresser une demande d'informations par mail via leur site dont le vous ai mis le lien dans le 1° paragraphe.

Coût : il faut compter 35Bs/h ( 4 €/h) si plusieurs élèves dans le même groupe ou 45Bs/h (5 €/h) en individuel.

Nos filles n'ayant pas le même niveau, on a choisi un cours individuel pour chacune. Le prix des cours est moins cher en Bolivie qu'au Pérou. 

Le professeur se déplace pour minimum deux heures.

Pourquoi leur faire faire des cours d'Espagnol ?

Pour deux raisons :

  - voyager en Amérique du Sud nécessite un minimum d'espagnol car les habitants ici parlent rarement anglais et c'est très compliqué au quotidien de se faire comprendre. On a fait le parie que nos filles, grâce à ces deux semaines d'apprentissage devraient pouvoir acquérir suffisamment de notions pour nous aider dans le voyage. Cela les responsabilisera également.

   - D'un point de vue scolaire, leur donner un niveau qui leur servira dans les prochaines années d'étude et pourquoi pas pour leurs propres voyages. Mes notions d'espagnol étant très éloignées, je préfèrais que les filles apprennent à parler avec le bon accent dès le départ. Il aurait été fort dommage qu'elles copient mon accent très ...déroutant.

Ainsi, voyager un an avec des enfants implique de prendre en compte leur avenir scolaire et les obligations d'apprentissage. Chaque famille aborde cette contrainte à sa manière. Nos filles "aiment" l'école et elles veulent absolument rejoindre leurs copains de classe à la rentrée. Aussi, avons-nous dû prendre en compte cette demande.

Anaëlle est en cinquième et n'avait jamais pratiqué cette langue car dorénavant la LV2 est enseignée à compter de la 5°. Quitte à ce qu'elle apprenne cette langue, autant qu'elle l'apprenne à Sucre qui est une ville renommée pour ces cours avec des professeurs qui ont l'accent le moins prononcé de l'Amérique du Sud.

Sur les quatre heures de cours tous les matins pendant deux semaines (40 heures au total), elle apprend le vocabulaire, la conjugaison, la grammaire et surtout à échanger oralement avec son professeur.

Elle est super amballée et adore cette langue. Elle arrive à échanger avec les commerçants et les habitants. Elle a reçu son diplôme qui atteste de sa formation et de son niveau Basic III. Comme nous sommes en classe libre, on a choisi de ne faire aucun devoir du cned, aussi ce diplôme permettra d'avoir la preuve aurès de l'académie lors de notre retour en France que la matière a bien été enseignée. Honnêtement, je pense que cette solution est bien meilleure que les cours du cned et pour les parents ça fait du repos!

Coline, quant à elle, est en seconde. Autant qu'elle adore l'anglais, autant qu'elle a des réticences à parler espagnol; il parait que ça lui fait mal à la bouche...

Le fait de faire ces cours, l'oblige à s'y remettre et lui refait découvrir cette matière.

La professeur échange beaucoup avec elle sur l'histoire de France (ça fait réviser le passé, les visites qu'on fait dans la ville, le tdm...). Elle aussi m'étonne; dès Potosi elle n'hésite pas à prendre la parole avec les locaux.

Elle a également reçu son diplôme, niveau Intermédiaire II.​

 

Témoignage de Coline, 15 ans, Seconde

La Spanish School de Sucre est plutôt sympa. On a réservé 2 semaines pour 4h de cours par jour hors week end. Ma professeur, Edith, était super gentille et parlait bien anglais. Du coup, dès que j'avais un petit "bug" je lui expliquais ce que je voulais dire en anglais et pouf ! On se comprenait ! Évidemment, j'ai "2 ans" de cours d'espagnol, vous me direz ? Détrompez-vous, les cours du collège, enseignés par des professeurs FRANÇAIS, n'ont absolument rien à voir avec des cours enseignés par une bolivienne. Après ces fameux 2ans, je comprenais légèrement l'espagnol mais je ne le parlais absolument pas ! Nada ! No palabra puede salir de mi boca ! Et puis, après ces 2 toutes petites semaines de cours, je parle presque couramment l'espagnol ! J'ai des conversations quasi complètes avec les personnes locales, qui me disent que je parle vraiment bien leur langue. Évidemment, je suis loin d'être bilingue, il faut être réaliste ! En tout cas, ça aide vraiment, je ne peux que conseiller de prendre ces cours ! 

Jeunes diplômées

Témoignage d'Anaëlle, 12 ans, Cinquième

" Je pense vraiment que les cours d'espagnol m'ont aidée parcequ'au début je ne parlais pas un mot d'espagnol et maintenat, je converse avec des gens, je prends ma commande au restaurant...

Le fait que ma professure ne parle pas un mot de français m'a aidé aussi car elle m'expliquait en anglais quand je ne comprenais pas ce qu'elle me disait en espagnol donc je révisais l'anglais tout en apprenant l'espagnol.

C'était une superbe expérience, je recommande aux parents de faire prendre à leurs enfants des cours d'espagnol dans des pays comme la Bolivie aprce qu'ils ont un bon accent.

En deux semaines, j'ai appris les bases donc je pense m'en sortir bien malgré que je laisse ma soeur parler."

Couture en Nouvelle-Calédonie !

Cela faisait quelques temps que les filles voulaient apprendre la couture.

Dans notre périple, nous avons choisi de nous arrêter deux mois et  demi en NC pour profiter de nos amis et axer notre temps sur du CNED (milieu d'année).

On a profité de cette vie "normale" pour s'inscrire aux ateliers créatifs de l'Igesa à Plum. Il y en a un également à Nouméa. Dommage que ce soit réservé aux plus de 15 ans, Nounoutte a du rester à la maison.

Dorénavant, Coline sait utiliser une machine, créer une trousse, monter une fermeture..à tel point qu'elle souhaite poursuivre sa progression en customisant ses habts..

Vous aurez compris, prochain Noël, je crois que la machine à coudre va faire partie de sa listedu père Noël.

Les photos de l'atelier par ici !

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter afin de toujours être au courant des dernières nouveautés en indiquant votre adresse e-mail !

Please reload

Quelques liens :